enfresitde

Ajouts récents

Universal Declaration

Un tiempo ambiguo pero esperanzador. Ramón Alario

Donne et prete. Un amore irrisolto. Adriana Valerio

Rome. Rencontre nationale du groupe de prêtres mariés Vocatio. Mauro Castagnaro

El cura debería dejar de ser el eje. La prioridad, el protagonismo retorna a la comunidad. Ramón Alario y Julio Pinillos

Espagne. Les 40 ans du MOCEOP : 4-5 novembre 2017 à Guadarrama (Madrid)

DENYS Patrick, Père inconnu, éditions Grasset, Paris, 240 pages.

Satzung

STATUTS DE LA FÉDÉRATION EUROPÉENNE DES PRÊTRES CATHOLIQUES MARIÉS

Article 1 : Nom

Fédération Européenne des Prêtres Catholiques Mariés. En abrégé : « Prêtres Mariés. Europe »

Article 2 : Siège

Adresse du secrétariat du Comité, transférable par décision du Comité

Article 3 : Objectifs et perspectives 

L’objet propre de la Fédération Européenne est le renouvellement des ministères au service du renouvellement de l’Église dans son engagement pour un monde plus juste.
La Fédération veut donc favoriser cette prise de conscience et cet engagement. Les groupes membres de la Fédération estiment nécessaire de renouveler les ministères à l’intérieur de l’Église catholique, en particulier dans les directions suivantes :

1. Priorité absolue de la personne sur la loi :
- refus de toute discrimination, qu’elle soit due au mariage, au genre, à l’âge ou à l’orientation sexuelle ;
- suppression du lien obligatoire entre un état de vie et une fonction, en particulier de l’obligation du célibat des prêtres ;
- droit pour tout homme, y compris pour le prêtre, d’exercer le métier qu’il désire, de choisir ses engagements sociaux et de militer sur le terrain politique ;
- octroi de toutes les dispenses lors d’un changement d’état de vie ou de fonction pour motif de conscience ;

2. Priorité absolue de la communauté sur les ministères :
- droit de la communauté à bénéficier des ministères qui lui conviennent ;
- liberté d’accès aux fonctions, ministères et services dès lors que la communauté en éprouve le besoin et le demande ;

3. dimension de démocratie participative :
- reconnaissance de l’égalité fondamentale de tous les baptisés comme base d’un fonctionnement vraiment démocratique et d’une participation à tous les niveaux de décision ;
- insistance sur les devoirs liés à toute prise de responsabilité ou de service ;

4. solidarité avec tous les combats pour la justice :
- option pour les pauvres et les exclus de nos pays et du Tiers Monde ;
- appui à la lutte pour la reconnaissance de l’égalité des femmes et des hommes dans l’Eglise ;
- accueil et aide aux prêtres en voie de sécularisation et aux femmes et aux enfants victimes de la loi du célibat.

Article 4 : Membres

Les membres de la Fédération sont les différents groupes adhérents. Dans leur diversité, ces groupes sont composés, pour partie au moins, de prêtres mariés et de leurs épouses, ou ont été historiquement constitués comme tels.  Ces groupes peuvent être ouverts à d’autres personnes qui sont partie prenante de leurs objectifs. Ils ont aussi en commun leur appartenance européenne et leur volonté de collaborer par des réponses coordonnées aux objectifs de la Fédération.
Les conditions de participation de ces groupes sont :
- l’adhésion aux objectifs et le respect des statuts de la Fédération
- l’acceptation de leur candidature par le Comité de la Fédération
- le paiement de la cotisation annuelle fixée par le Comité

Article 5 : Fonctionnement de la Fédération

1. La Fédération européenne fonctionne sous la forme d’un Comité de coordination constitué par les représentants des groupes adhérents, chaque groupe y envoyant un délégué  pour  une durée minimale de 2 ans.

2. Le Comité travaille en cherchant toujours le consensus. En cas de difficulté, et s’il faut passer au vote, chaque pays dispose de trois voix, quel que soit le nombre de groupes qui le composent.  Les décisions se prennent alors à la majorité des 2/3 des pays présents ou représentés. En cas de force majeure, un pays peut déléguer ses voix à un autre pays. Un pays ne peut disposer que d'une seule procuration.

3. Les décisions ont force de loi pour les groupes adhérents.

4. Le comité désigne en son sein un président, un secrétaire et un trésorier.

5. Le comité se réunit au moins une fois par an sur invitation du président et du secrétaire.

6. Les frais de fonctionnement du Comité sont à la charge de la Fédération, mais les frais des membres sont pris en charge par les groupes qui les envoient.

Article 6 : Missions du Comité

Le Comité est un lieu d’échange et de confrontation chargé de maintenir les relations avec les groupes et de favoriser les contacts entre eux. Plus précisément, il est chargé de :

1. faire circuler l’information tant dans le Comité qu’entre les groupes et vers l’extérieur ;

2. susciter la recherche, l’étude, et le partage d’expériences en rapport avec les objectifs de la Fédération européenne ;

3. convoquer et organiser des rencontres et des formations qui pourront être ouvertes à d’autres personnes en fonction du thème choisi ;

4. prendre position officiellement au nom de la Fédération européenne sur des sujets en rapport avec ses objectifs ;

5. déléguer un représentant et un suppléant à la Confédération pour des mandats de 2 ans renouvelables une fois ;

6. établir des contacts avec d’autres associations ou réseaux œuvrant au niveau européen ;

7. être attentif aux groupes non adhérents et à ceux qui se créent ;

8. assumer la responsabilité du site web de la Fédération et en désigner le gestionnaire ;

9. établir le budget de la Fédération, fixer la cotisation annuelle et contrôler la gestion financière au moins une fois l’an.

Article 7 : Communication

La communication des informations est une fonction essentielle de la Fédération. Le Comité prendra et investira les moyens nécessaires pour y arriver : un site web régulièrement tenu à jour et la communication des informations pour publication dans les bulletins des groupes adhérents. Les trois langues officielles de la Fédération sont l’anglais, l’espagnol et le français.

Article 8 : Révision des Statuts

Sur proposition du Comité, ces statuts pourront être révisés à condition d'obtenir l'approbation des pays membres qui chercheront le consensus; sinon il faudra obtenir la majorité des 2/3.